Get Adobe Flash player

Faire un don maintenant par CanadaHelps.org!

bandeau sociaux web sqs Facebook Picasa YouTube

devenir-membre

offre emploi

Bannière
Bannière





experience speleov32

À la une...

LE PROJET DU CENTRE DE LA TERRE REÇOIT UNE AIDE FINANCIÈRE

 

Montréal, le 16 novembre 2016 - Le maire de Montréal, M. Denis Coderre, et le ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de Montréal, M. Martin Coiteux, ont annoncé les organismes récipiendaires du Programme d’aide à la réalisation du Plan d’action pour l’Est de Montréal, soit le PRAM-Est, pour l’automne 2016.

 

L’un des projets a été présenté par la Société québécoise de spéléologie qui recevra un soutien financier de 35 000 $ pour la préparation d’études de faisabilité pour la conception, la construction et l’exploitation d’un centre d’interprétation de la terre sur le site unique de la caverne de Saint-Léonard.

 

La caverne de Saint-Léonard, site patrimonial situé dans le parc Pie XII, est connue depuis un peu plus de 200 ans, un article publié en 1815 faisait état de sa découverte. Pendant longtemps, la caverne était fréquentée autant par les naturalistes que par les collectionneurs. Au milieu du 20e siècle, l’urbanisation rejoint les champs qui bordaient autrefois l’entrée de la cavité. Dans les années soixante, les médias présentent la cavité comme un danger. À la suite des pressions, l’entrée de la caverne est bouchée par les autorités de la ville de Saint-Léonard.

 

En 1979, dix ans après sa fermeture, la Société québécoise de spéléologie propose à la ville de Saint-Léonard de rouvrir la caverne afin d’y proposer des visites éducatives. En mai 1980, l’entrée est sécurisée et une première saison de découverte de la spéléologie est amorcée. Entre 1980 et 1988, les visites de la caverne sont administrées par l’administration de la ville de Saint-Léonard. Par la suite, la Société québécoise de spéléologie, le plus important pourvoyeur de services spéléologiques auprès du grand public au Québec, en prend le relais.

 

Depuis 1980, la caverne de Saint-Léonard a reçu près de 71 000 visiteurs. Et ce, malgré qu’elle ne reçoit des visiteurs que 3 mois par année. Depuis 2012, le nombre de visiteurs est passé de 1 281 à 3 300 en 2016.

 

Ce projet sera réalisé en 2017 et devrait permettre la réalisation d’études techniques architecturale et scénographique, un premier pas vers la réalisation de ce projet d’envergure et structurant pour l’Est de Montréal.

 

Le PRAM-Est vise à soutenir des projets porteurs et novateurs afin de stimuler le développement de l’Est de Montréal. Il fonctionne sur la base d’appels de projets auprès d’organismes à but non lucratif (OBNL), évalués par un jury d’experts externes, et prend la forme de contributions financières, d’un maximum de 250 000 $, versées aux lauréats pour leur permettre de réaliser leur projet. Ce programme bénéficie du soutien de la Ville de Montréal, grâce à l’aide financière du gouvernement du Québec accordée dans le cadre de l’Entente Montréal 2025, administrée par le Secrétariat à la région métropolitaine du ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire.

gouvqc

villemontreal



centredelaterre

 

Connue depuis plus de deux cents ans, la caverne de Saint-Léonard n’a pas livré tous ses secrets!


Le 29 août dernier, une équipe de la Société québécoise de spéléologie a pu insérer une caméra endoscopique dans la fissure terminale de la caverne de Saint-Léonard. Les images révèlent une galerie importante, d’au moins trois mètres de profondeur. Ces images corroborent les indices qui laissaient supposer la présence de cette galerie X.


Une prospection en surface à l’aide de la radiesthésie, indiquait dix mètres de galerie perpendiculaire à la fissure terminale. Des mesures faites sous terre avec un télémètre laissaient penser qu’une galerie d’au moins 1,5 mètre de large pouvait se trouver au même endroit.

La caméra endoscopique a confirmé ces soupçons. Les images laissent entrevoir des coulées de calcite blanche, ce qui ne serait pas étonnant puisque la première description de la caverne faisait état de la présence de nombreuses concrétions.


Vous pouvez voir les images endoscopiques sur YouTube ici : https://youtu.be/3BjKgJKCtTU


 

Calendrier des stages 2016 de l'ÉQS

Calendrier-page-1

Disponible ici

 

Quoi de neuf à Saint-Léonard ?

Caverne de Saint-Léonard, à la recherche de la Galerie X


Une vieille énigme liée à la caverne de Saint-Léonard pourrait être résolue. Tous les spéléologues qui ont un jour fréquenté la caverne de Saint-Léonard ont rêvé d’une nouvelle galerie au-delà de la fissure terminale. À l’automne 2014, Daniel Caron, Luc Le Blanc et Gaël Hervé sont sur place pour tester le « cave-radio », appareil destiné à repérer en surface et à localiser avec précision un autre appareil situé sous terre. Lors de ces tests, une prospection aux baguettes a permis de repérer une possible nouvelle galerie perpendiculaire à la galerie principale.
 

En janvier 2016, des mesures faites à l’aide d’un télémètre sont cohérentes avec la présence d’une galerie au fond de la fissure terminale.
 

Pour en avoir le cœur net, une équipe se rendra sous peu avec une caméra endoscopique montée sur une perche de cinq mètres. Munis de cet outil, nous serons peut-être en mesure d’avoir des images du fond de la fissure et d’apercevoir cette hypothétique Galerie X.
 

Projet « Centre de la Terre » à Saint-Léonard


La Société québécoise de spéléologie a pour mission de faire connaître la spéléologie. L’un des moyens est le stage de découverte de la spéléo offert à la caverne de Saint-Léonard. Depuis trente-cinq ans, la SQS a initié plus de 65 000 personnes qui ont fait l’expérience de la spéléologie.
 

Forts des succès des dernières saisons, dans un souci d’augmenter nos revenus autonomes, nous caressons le projet de prolonger la saison des visites en proposant un véritable Centre de la Terre à la caverne de Saint-Léonard. Ce Centre pourrait n’offrir qu’une visite de la caverne, mais nous aimerions aussi y adjoindre une exposition ou un centre d’interprétation.

D70 4550 web

Pour l’instant, nous avons reçu un appui moral de l’arrondissement de Saint-Léonard et du service de développement économique de la ville de Montréal et l’appui de plusieurs groupes et organismes.
 

Grâce à notre nouveau système de réservation en ligne, nous avons cette capacité sans engorger le secrétariat.Dès cet été, pour tester le marché des visiteurs potentiels nous doublerons le nombre de visites offertes. Nous pensons pouvoir accueillir de 4000 à 5000 visiteurs.
 

Si à cette étape nous voyons que notre marché n’est pas saturé, nous pourrions ouvrir sur une plus longue période, trouver le financement, concevoir une exposition permanente dans le pavillon du Parc Pie-XII et aménager l’entrée de façon à rendre l’accès à la caverne possible toute l’année, le tout en consultation avec nos membres et l’ensemble des parties prenantes.
 

Simon Jean Leblanc, animateur à la caverne de Saint-Léonard en 2015 avec un groupe de jeunes dans la galerie terminale. Une galerie encore inconnue pourrait se trouver au fond vers la droite de notre photo. Photo Guillaume Pelletier
 

Aménagement de l’entrée de la caverne de la rue Saguenay


Toujours dans l’arrondissement de Saint-Léonard, une autre caverne beaucoup moins célèbre, mais ayant un développement plus important, est désormais accessible par une nouvelle entrée située dans un parc public. Ce nouvel accès pourrait permettre aux spéléologues d’inspecter régulièrement l’état de cette cavité urbaine. Après analyse de la situation, il se pourrait que des visites soient organisées pour les membres.

Dossier à suivre !

 

Nouveau, Boutique Spéléo

Maintenant en ligne, la Boutique spéléo. Casques, lampes vêtements, matériel de vertical. 10 % à 15 % de rabais pour les membres. Le catalogue devrait se garnir avec le temps, n'hésitez pas à le consulter fréquemment

www.boutiquespeleo.ca (en français)

www.cavingstore.ca (in English)

 

Des outils pour faire bouger les ados!

 

Les études révèlent que les jeunes ne sont ni suffisamment actifs, ni suffisamment en contact avec la nature pour en apprécier les qualités, en comprendre l’importance et en retirer des bénéfices en matière de santé physique ou psychologique. Or, les activités de plein air peuvent venir en aide aux jeunes en :

  • - rehaussant leur estime de soi;
  • - leur fournissant des modèles de comportement positifs;
  • - leur enseignant le travail en équipe et des aptitudes sociales;
  • - inculquant un sentiment d’appartenance;
  • - leur procurant des moyens de soulager le stress;
  • - leur permettant d’acquérir des compétences cognitives et des qualités de leader.
Lire la suite...